[La Femme]

Vieilles Charrues, IV

Dimanche, le soleil est toujours éclatant, qu’est-ce que c’est agréable de prendre son petit déjeuner en débardeur et de ranger sa tente sans devoir s’abriter de la pluie !

Je repacke tout mon petit barda, nettement plus léger sans les bouteilles d’eau et de jus de fruit, afin d’aller le poser dans la voiture pour pouvoir partir le soir venu après les concerts.

Je me tape un peu une suée, il faut bien l’avouer, car je veux être à l’heure pour Goldwave donc je speede le plus que je peux.

J’arrive donc dégoulinante sous le chapiteau (mmmmm) mais à l’heure. C’était beau, c’était grand, et il le fallait car vu la beauté de leur EP Night Lights, j’aurais été capable d’aller leur péter les rotules en cas de déception. C’est hyper classe, envoutant, captivant, intense, bref, ils méritaient de gagner les Jeunes Charrues, m’enfin c’est pas si grave, ils n’ont pas vraiment besoin de ça.

La Femme arrive sur Grall pour un concert qui défonce. J’attendais de voir ce que ça pouvait donner, ben putain ! C’est assez irrésistible ce mélange de surf music et de pop 80’s, leur attitude est pile branleuse comme leur musique le permet, et mes jambes et mes bras se meuvent d’eux-mêmes. Le soleil tape sa mère, les jets d’eau fonctionnent et l’un des musiciens finit le set en surfant sur sa planche dans le public, il n’en fallait pas plus pour rendre le public hystérique.

Nous faisons une croix sur The Vaccines car ? C’EST L’HEURE DE LA GLACE JAMPI !! Fraise de Plougastel/sablé breton, je vous jure que j’ai jamais autant kiffé une glace de ma vie. Jampi je t’aime.

On se pose devant Mesparrow mais je discute. On va voir la Roue de la mort au Verger et c’est impressionnant. Je sais pas si vous voyez ce que c’est, une roue de la mort, mais quand les mecs sautaient dedans à 10m du sol, j’étais bouche ouverte émerveillée.

Ensuite, c’est Alt J. Pfff que dire d’Alt-J ? Mis à part qu’ils ont sortis le plus bel album de l’année 2012 ? Evidemment c’était beau, reste que les Vieilles Charrues à 18h, c’est sans doute pas l’endroit idéal pour profiter pleinement de leurs compositions finement ciselées et de la voix de Joe Newman. Surtout que j’étais pas hyper bien placée, à côté de jeunes qui parlaient sans cesse. 3 inédits tout de même, et la surprise de voir à quel point le public était nombreux à connaître les paroles. Sur Matilda, c’était bien joli.

P1030674 

Pendant ce temps-là, le soleil brille toujours de 1000 feux, puis il est l’heure d’aller écouter Santana. Petite madeleine due à ma mère qui a tous les vinyles/CDs, j’ai apprécié à sa juste valeur de voir jouer Oye como va, Samba Pa Ti, Corazon espinado et autres Maria Maria. C’était drôlement bien ce concert ! Le problème avec les anciens, c’est que c’est toujours quitte (coucou Bob Dylan) ou double, et ça fait plaisir d’en voir un qui tire son épingle du jeu, qui prend plaisir à être là et qui assure.

P1030677

« If you have to remember one thing from this night : you are significant and meaningfull», autant quand ce genre de phrase sort de la bouche d’un reggaeman quelconque, je trouve ça ridicule, autant quand c’est Santana qui le dit, ça prend tout de suite un sens profond.

Bref Neil Young, tu peux ranger ta guitare et rechausser tes pantoufles, ce week end, le patron c’était Carlos !

La fin de soirée approche, la nuit tombe, la pleine lune éclaire Kerampuilh, c’est le moment d’aller bouncer sur le son de Busy P.

Je n’ai pas particulièrement d’atomes crochus avec la bande d’Ed Banger, mais là, il faut le dire, le Ed Banger megamix était putain de bon, je me suis déchainée ! Je pense qu’il avait fait en sorte de mettre des gens du label aux caméras également, car la façon de filmer n’était pas du tout la même que sur les autres concerts et apportait vraiment une dose de d’images festives de qualité. Sur scène une structure gonflable, dont il a fallu me dire que ça représentait la silhouette de Pedro Winter avec sa casquette car je n’y voyais qu’une espèce de forme phallique qui correspondait bien à l’idée que je me fais du personnage.

P1030680b

J’étais censée partir après ça, mais laisse tomber, j’étais à bloc du coup !

Phoenix lance les premières notes d’Entertainment et nous tourbillonnons dans la prairie, la nuit est belle, nous sommes toujours en teeshirt et on n’est jamais aussi bien qu’une clope à la main, à écouter de la musique à Kerampuilh.

Je fais un saut devant Skip&Die et quitte les copains avec un gros pincement au cœur.

 

Pour ma 10ème édition, les Vieilles Charrues vous avez été magiques et je vous en remercie.