[Juveniles]

Vieilles Charrues, II

Vendredi, le soleil est toujours éclatant, qu’est-ce que c’est agréable de prendre son petit déjeuner en débardeur sans devoir s’abriter de la pluie !

Un petit tour au village du camping, goûter le Lipton Ice Tea Lemon, faire tourner la roue de la fortune de La Potagère, se faire un offrir un café au stand Bonobo, et surtout, aller se mettre la tête sous l’eau pour supporter la chaleur torride.

Premier concert de la journée : Half moon run. Les québécois font une folkpop matinée de touches de synthé et d’harmonica, parfait pour commencer l’après-midi.

On poursuit au chapiteau des Jeunes Charrues pour MmMmM. J’étais curieuse de les voir car sur les trois morceaux écoutés précédemment, un m’avait saoulé, un plu, et un mitigé. J’ai bien fait car le set était des plus plaisants ! Ça passe d’un style à l’autre avec bonne humeur, on rigole, on danse, les mecs se font plaisir avec beaucoup de 2nd degré, je valide !

Juveniles joue sur Grall et on ne peut que mesurer le chemin parcouru depuis leur concert aux Trans il y a deux ans. J’ai limite l’impression de ne pas voir le même groupe. La production des morceaux est plus exigeantes, la voix du chanteur toujours hors du commun, un concert très appréciable, même si à 17h30 en plein cagnard, la magie n’opère pas à 100%.

Là intervient le moment de jouissance totale de cette journée. Des heures que j’y pense : LA GLACE JAMPI !! Je découvre le parfum sablé breton (merci Chloé !), qui est une petite tuerie de la bombe de balle qui ambiance grave ton palais.

 

Ouuuuuh c’est l’heure d’aller se placer pour voir Patriiiiiiick ! Les imitations ne cessent de se faire entendre depuis le matin, on a hâte de pouvoir chanter « QUI A LE DROIT ? QUI A LE DROOOIT ? QUI A LE DROOOOOOOOI D’FAIRE CAA AHAH » en cœur avec Bruel.

Forcément il n’y a qu’aux Vieilles Charrues que ça te faire marrer de faire ça, et franchement c’est drôle. Voir 50 000 personnes reprendre Casser la voix, perchée sur les épaules d’un pote, c’est assez mythique ! Gros moment de malaise tout de même quand des danseurs hiphop arrivent sur scène et que Patrick se met à faire du rap. Fallait pas Patoche, fallait vraiment pas.

P1030631 

J’entends Keny Arkana de loin, mais je n’arrive à me résoudre à m’approcher de la scène, trop peur d’être déçue et de balayer de ma mémoire le concert de dingue qu’elle avait donné sur Grall il y a quelques années.

Ensuite il y a M. C’est sympa M hein, mais le faire venir tous les deux ans, c’est pas forcément la peine les gars.

Moi je vais voir Brns, pleine d’espoir, pour la 3ème fois de l’année. La première fois j’avais trouvé ça pas mal mais le son était mauvais, la deuxième, c’était vraiment bien mais le son était mauvais, du coup je mise tout sur le son des Vieilles Charrues. Pas de bol, cette fois-ci le son était bon mais il ne se passait absolument rien sur scène. Les gars auraient pu être en répé c’était le même. Et encore, j’espère qu’ils interagissent un peu + entre eux quand ils répètent. Vraiment dommage car, pour les avoir entendus en ITW, ils ont l’air plutôt marrants en plus.

JE DIS M, COMME UN EMBLEME ! LA HAINE JE LA JETTE !!
Oui Mathieu, on sait… Comme il y a deux ans, comme il y a 4 ans... Et Mama Sam elle va bien ? Si si tranquille la famille ?

Two Door Cinema Club. Le set est rodé, le show lumière toujours au top, les morceaux sont de petites perles pop qui fondent dans l’oreille, on demande pas plus. Mini déception quand même : qu’ils n’aient pas fait leur lancer de ballons gonflables.

P1030634

Pour finir on attend Paul Kalkbrenner, Paul K pour les intimes. J’avais un choix cornélien à faire entre lui et Suuns mais après vérification, Sunns passe à la Route du Rock. Je connais absolument pas la musique de ce Mr Kalkbrenner mais vu sa côte dans le monde de l’électronique, je ne me faisais pas trop de soucis. Malheureusement, le problème est venu de mes lombaires qui commençaient à me faire grave souffrir (oui, dès le 2ème jour, ma seule certitude c’est qu’on vieillit…). Le mec aurait pu faire le meilleur set de sa vie (ce qui n’était pas le cas) (et c’est pas moi qui le dit), mon esprit était accaparé par l’image de mon duvet et de ma tente. Too bad.