[Goldwave]

HRVATSKA V. THE END. 

Samedi on fait une grasse matinée bien méritée nécessaire et pour se faire notre bouffe de grosses, on choisit un petit resto sans prétention mais avec une belle vue sur la Riva. NE. COMMANDEZ. JAMAIS. DE. ĆEVAPCICI. (Cela dit on avait commandé un hamburger, mais je soupçonne la patronne de servir la même chose à tout le monde, quelle que soit la commande).

Soit-disant c’est typique comme bouffe, c’est des espèces de bâtonnets de viande reconstitués, nageant dans l’huile et plein de bouts de gras. En un mot, c’est IMMONDE. Et en plus on s’est fait pourrir en payant parce qu’on avait rien mangé…

P1030568

Dimanche, on se lève tôt car la météo a prévu du soleil (je ne connais pas le nombre de connexions aux sites météorologiques qui ont été effectuées durant ces vacances, mais ce doit être HUGE), on retourne acheter un demi cochon au marché afin d’aller pique-niquer A LA PLAGE. Nous avons tenu 26 minutes en maillot de bain, montre en main.
LA PREUVE :

85420017

Et nous avons passé les 3h suivantes à la paillote la plus proche à écrire des cartes postales en buvant des bières (oui bon ben dans ces cas-là il n’y a plus d’heure morale pour prendre l’apéro hein).

On a ensuite trouvé un peu de courage pour gravir la colline du Marjan qui surplombe Split. C’est un peu crevant (coucou les cigarettes à 2,6€ le paquet), mais il y a un beau point de vue.

P1220424

P1220429

P1220433

Lundi nous nous sommes levées à l’aube pour aller prendre le ferry histoire d’aller enfin faire un tour sur l’île de Brač et espérer profiter d’un peu de soleil. La traversée est chouette, on rêve de voir enfin ces putains de dauphins qu’ils nous collent sur toutes les cartes postales, mais quedalle.

P1220434

Quand nous arrivons au sud de l’île, à Bol, le temps nous donne l’occasion de faire un des meilleurs jeux de mot des vacances : il se met une fois de plus à pleuvoir des cordes « PAS D’BOL !! ». Ahahahah, qu’est-ce qu’on a ri, pendant les 2 heures suivantes à boire un café dans une pizzeria vide.

Une éclaircie, qui nous permet d’emprunter le chemin qui mène à, soit disant, la plus belle plage de Croatie, Zlatni rat. Et là pouf pouf, MIRACLE, le soleil apparait, la plage aussi et c’est effectivement paradisiaque. Une eau turquoise, des galets blancs, la montagne verte en arrière-plan, C’EST CA QU’ON VEUT !

Complètement électrisées par le paysage, on se jette à l’eau, et on en ressort moins de 30 secondes plus tard. 16°C c’est frais. Mais je peux dire que je me suis baignée dans l’Adriatique.

P1220447

Zlatni Rat (c) Agrou

85420026

Mardi, mon dernier jour à Split, on tente une autre plage, et alors, vous n’allez jamais le croire, mais pile quand on arrive, une pluie torrentielle pendant 2h. De là à penser qu’on a la guigne…

Cette journée sera sauvée par un moment foufou, quand Dom me serre le bras en hurlant « DES DAUPHIIIIIIIIIIINS !!! ». Pendant 5 minutes des petits dauphins jumpent devant la plage et ça fait comme dans les films.

Je retourne récupérer mes sacs, faire mes adieux à l’Old Town Hostel et me préparer un fat sandwich de cochon avant de monter dans le car à 20h30 pour 10h de trajet jusqu’à Pula.

Deux images resteront, les paysages entre chien et loup qui s’allient avec force au Blizzard de Fauve et le lever de soleil à 5h du mat sur l’Adriatique au son d’Alt J.

P1030579

85420029

Voilà, Croatie, tu étais bien jolie, mais LA phrase de ces vacances sera : « Non mais en été ça doit être vraiment sympa ».

Bonus tracks : L’astuce quand tu pars en vacances, c’est de choisir des bons photographes pour venir avec toi. Moi c’est ce que j’ai fait, et tu peux aller voir le résultat sur www.papiroger.com

[Bières testées :
Vele Bitsko (brune)
Favorit (blonde)
Pan (blonde)
Karlovačko (blonde et brune)
Tomislav (brune) (ma préféréééée)
Staropramen (blonde tchèque, déjà largement goûtée à Prague)
Kostritzer (brune)
Ožujsko (blonde)
Hajdučko (blonde)]