[Triggerfinger]

VIEILLES CHARRUES, JOUR 1

Réouverture provisoire de cet endroit abandonné pour une bonne raison : Les Vieilles Charrues. Techniquement j’ai déjà du mal à me souvenir des concerts que j’ai vu la veille, alors d’une année sur l’autre… Je suis bien contente de pouvoir relire les articles des éditions précédentes.

Ici gît ma mémoire.

 

2011, au sortir d’une 20ème édition pluvieuse, je m’étais dit « Plus jamais 4 jours », alors voilà, cette année j’ai décrété que j’étais vieille et j’ai squeezé le jeudi.

Ce qui, autant le dire tout de suite, était complètement con. Déjà parce qu’il n’a pas plu (un miracle) (pile l’année où j’avais été acheté des bottes chez Decath) et ensuite parce que ton corps commence à s’habituer au rythme de festival à partir du 3ème jour, en l’occurrence le dernier.

Bon après j’avoue que le jeudi soir j’ai quasiment fait l’amour à mon lit en pensant que j’aurais pu être dans ma tente au camping à la place.

Bref, vendredi midi, après un rendez-vous au Pôle Emploi (toujours un régal) j’ai pris la route de Carhaix Plouguer, fatiguée d’avance depuis le coup de fil dans la matinée :

- « Vous êtes sur quel camping ?»
- « Au 10 »
- « … »

Un festival c’est l’occasion de vivre des moments exceptionnels de plénitude. Comme quand t’arrives au camping après 1h de marche, que tu poses ton sac de rando et ta tente et que tu prends ta 1ère bière.

Et puis ta première barquette de frites. Et que tu découvres que les barquettes de frites sont consignées. A peu près l’invention la plus relou du monde. Autant je veux bien mettre un verre vide dans ma poche, autant une barquette tâchée de mayo, je suis moins fan.

 

1ère concert, direction la scène Grall pour Rich Aucoin. Jamais entendu ce nom mais plutôt que de se taper les Brigitte qui se déhanche dans leurs robes à paillettes…

Et Rich Aucoin c’était BIEN. Chatoyant canadien tout de short, de marcel et de chaussettes vêtu, il a passé la moitié du concert dans le public (pour le plus grand bonheur du service de sécurité) avec des canons à serpentins, c’était bien joli !

Bonne électro pop, un batteur efficace et puis de la bonne humeur en tube, parfaite entrée en matière ! Il a fini son set en diffusant son numéro de téléphone, un mec proche de son public en somme.

RichAucoin

(c) Bertrand Vacarisas

3 minutes devant Youssoupha mais j’ai la flemme de m’y intéresser.

Triggerfinger entre en scène. Putain mais sans déconner qu’est-ce qu’ils sont classes ! Evidemment j’ai un peu moins surkiffé que le concert d’1h30 en salle d’il y a trois mois, mais ce rock est irrésistible et la voix de Ruben aussi.

Ruben

L’heure arrive où il faut tracer vite vite vite vers Bloc Party et elle coïncide en général avec l’heure où tu perds les gens, où tu les retrouves, où t’as envie de pisser, où t’as soif. Du coup t’es un peu loin mais quand même t’arrives à voir Kele quand tu te mets sur la pointe des pieds en tordant la tête à 75%. Je me suis rendue compte qu’en fait je connaissais très mal leurs morceaux. C’était chouette mais ça m’a pas non plus transcendée (sauf sur Banquet, le sol a tremblé).

Kele

(c)Fred Tanneau

IMG_20120721_162433

(c) Camille

On fait l’impasse sur The Cure. 2h30 de concert pour entendre Boys don’t cry qu’ils feront de toute façon à la fin, c’est peu tentant.
Quelques morceaux de Baxter Dury, j’aurais finalement bien aimé en revoir plus, j’avais oublié à quel point ça m’avait plus en novembre dernier.

On ne bouge pas en attendant M83 ce qui fait que nous sommes bien placés alors que le champ se remplit démesurément.

(Va vraiment falloir faire quelque chose pour Grall dont la prog est généralement une tuerie et qui attire de plus en plus de monde) (genre mettre un écran)

J’avais un peu peur du passage au live de M83 car l’album est quand même assez calme, planant. Et en fait il a deux musiciens et l’adaptation est vraiment bien foutue. Le show lumière était hyper classe, c’était beau. Et puis Midnight City, quel plaisir !

Je pense que ça valait le coup de louper Metronomy sur lequel j’ai entendu des avis assez mitigés.

La fin de la soirée arrive, le concert le plus attendu aussi : MARTIN SOLVEIG !!

Martin

J’ai rien contre Martin Solveig hein, mais si c’est pour nous passer du Daft Punk et du Jay-Z, je peux le faire aussi et je prendrais sans doute moins cher. Le mec a tout de même réussi l’exploit de massacrer Lana Del Rey, MGMT et Nirvana dans un mix en moins d’1’30.

Rendez-nous David Guetta, au moins lui il passe un CD de ses propres titres ! Et maintenant je prie pour qu’on se tape pas Bob Sinclar l’année prochaine.

 

Retour au camping dans une brume épaisse pour un effet assez fantomatique.

P1030147