[Boogers]

 

VIEILLES CHARRUES, PART 4

 

Dimanche, il pleut. Et c’est triste à dire mais je suis presque contente de devoir partir le soir même sans passer une dernière nuit au camping.

La perspective de devoir ramener mes sacs à la voiture avant d’aller voir les concerts me réjouit moins. Je suis forte, je mange une pompote et une craquinette, arrosées de Breizh Cola et moi et mes p’tits bras partons vers le centre bourg.

Arrivée à ma Twingo, je me change et m’avachi sur le siège passager. Le bonheur de pouvoir se poser dans un endroit totalement sec est irracontable.

 

J’arrive quand même à redécoller.

 

Asaf Avidan and the Mojos. Une voix à tomber. C’était beau. Vraiment. Même si j’avais l’impression de ne pas être encore totalement réveillée.

 

Asaf PierreIglesias

 

(c) Pierre Iglésias

 

L’enchainement avec l’accordéon de Pierre Perret est assez brutal. J’écoute les deux chansons, que je ne connais pas, avant de fendre la foule pour rejoindre Grall. Je suis à contre sens, les gens ont un sourire béat en regardant Pierrot, ça fait plaisir à voir.

 

Boogers. Grosse attente pour ma part, depuis des louanges tressées suite à la première partie de Lily Wood and The Prick à Nice. Il n’est plus seul en tournée, donc il faut dire bonjour à ses copains, qui sont 4 au total, l’air aussi fun que lui.

Boogers est drôle. J’étais conquise dès qu’il a ouvert la bouche. Il nous demande ce  qu’on fout là au lieu d’aller écouter Pierre Perret chanter le zizi, et nous félicite cependant car il aime bien les gens qui font des choix.

Boogers nous propose une musique à la croisée du rock californien (ce qui est assez fort et rare pour un français) et de l’électro pop style Naive New Beaters. En deux mots : j’ai adoré. JE VEUX LE REVOIR. Plus tard dans la soirée, et avec plus de monde qui fait les fous. COUP DE CŒUR. POUCE EN HAUT BOOGERS, POUCE EN HAUT !!

 

P1020338b

 

(Comment ne pas apprécier un mec qui enlève son tee shirt JUSTE pour que je puisse illustrer mon article du Blog de l'Hormone !? Thx dude)

 

J’écoute 3 notes de Furs sur la scène Jeunes Charrues et je suis déçue de partir car elles m’ont directement accrochée. Retenez leur nom, je vous le dit.

 

Je retrouve enfin ma mère pour le concert de Lou Reed.

Soyons honnête, Lou Reed t’y vas plus pour la légende que pour autre chose. Voilà donc maintenant je peux dire que j’ai vu Lou Reed.

 

Et que je me suis fait chier. Le mec ne dit ni bonjour ni merde, il ne chante pas la seule chanson que tout le monde connait/attend (Walk on the wild side) et ne décroche pas un sourire. Non mais tu le dis si on t’emmerde hein !?

Alors franchement, pour écouter le CD en buvant un café tranquille dans mon canap je dis oui, pour écouter à 18h un dimanche aux Vieilles Charrues sous la flotte, je dis non ! POUCE EN BAS LOU REED, POUCE EN BAS !!  

 

Dire que j’ai fini là-dessus…

 

P1020324

 

Ce qui nous amène à la conclusion globale : 

-          Je ne suis franchement pas sûre de venir les 4 jours l’année prochaine (c’est ce que je me suis dit sur le coup, je l’écris pour pouvoir rigoler quand je viendrais d’acheter mon pass en 2012)

-          Va falloir réduire la jauge parce que là ça devient pénible pour le « confort » durant les concerts

-          Va falloir redresser un peu la barre en matière de prog afin de ne pas devenir complètement mainstream

-          La scène Xavier Grall est celle qui défonce (parce que prog + indé et parce que moins de monde. CQFD)

-          Va falloir investir dans une bulle imperméable recouvrant tout le site

P1020346