[Pauline Croze]

 

Parlons donc des Vieilles Charrues 2011. 24h de réflexion, il ne faut pas plus, sinon on risque de ne plus jamais oser aborder le sujet.

 

Quand même les gars, quand on repousse la date d’annonce d’un mois, en disant qu’on attend des réponses importantes, on ne peut pas arriver la bouche en cœur pour jeter en pâture David Guetta et Jean-Louis Aubert et dire qu’on augmente les tarifs !

 

Les 20 ans. La pression était grande. Les espérances immenses.

 

Alors on va me dire « T’abuses quand même, y’a des trucs biens, Snoop, Cypress, PJ Harvey, Lou Reed ». BIEN SUR qu’il y a des trucs biens ! C’est les 20 ans des Vieilles Charrues, pas la fête du 15 août de St Thégonnec (No offense). Mais est-ce que l’affiche vous donne un sourire indécrochable ? Est-ce que les rêves d’une vie en termes de musique vont en partie être comblés ? Je ne pense pas.

 

VC

 

Voilà l’état de ma réflexion mercredi dernier.

Reprenons.

 

Après de nombreux débats ce week end, l’impression du programme complet sur une page A4 et le flot de prog de festivals français qui continue de tomber, il n’y a rien à faire, la déception ne cesse de croître.

 

Alors bien sûr, on râle, on râle mais comme tous les ans, on raque. Et très certainement, on va passer un bon moment. Mais reste en arrière-goût amer, la sensation de s’être fait rouler.