[Féfé]

Je n’ai jamais aussi bien dormi que cette année au camping grâce à un matelas et des chaussons Helly Hansen prêtés par mon grand père, et des bouchons d’oreilles sensément destinés à me protéger pendant les concerts, m’enfin…
Samedi matin, quand ils ont installés la piste de ventriglisse à 1 mètre de ma tente, il a quand même bien fallu que j’écourte ma grasse mat pour mater ça !

La journée musicale commence par Féfé. Féfé je t’aime bien, tu as une belle voix, tu es sympathique et souriant, j’aime les gens qui cherchent l’interaction avec le public mais passer un tiers du concert à nous demander si on est chaud ou de faire du bruit, c’est trop ! Oui je chipote, parce qu’en vrai l’ambiance était top, qu’il a traversé tout le public en chantant sur les épaules d’un vigile et qu’il a fini en slam.

fefe

(c) Nicolas Messyaz

Je tente de retrouver mes amis bénévoles mais évidemment ça ne fonctionne pas, donc je suis les conseils avisés d’un musicophile supien et me dirige vers FM Belfast.
Oooh yeah ! 1 chanteuse, 2 chanteurs et 1 chanteur/DJ (un joli blondinet qui aurait bien plu à une normande de ma connaissance) survitaminés pour une espèce électro rock pop qui ne serait pas sans rappeler les Scissors Sisters.
*Minute plainte horaire on* Ca aurait été mieux plus tard car ça envoyait grave du son et donnait envie de se déhancher *Minute plainte horaire off*
Bref ils ont tous fini en caleçon dans l’allégresse et la chaleur de cet après-midi carhaisien.

P1000135

A priori c’est à ce moment là que j’ai pris un coup de soleil sur la tronche. En portant des lunettes de soleil. A priori c’est à partir de ce moment là que tout le monde a décidé de me demander si je revenais du ski.

Je vais voir Midlake. Ils sont 7 et ont quasiment tous un style croisé entre beatniks, Bee Gees et Abba. Sur CD ça m’avait paru beau. Sur scène ça m’a paru gavant.

Retour camping avant d’avoir « Hate myself » de Gaëtan Roussel dans la tête pour une semaine.

La nuit s’est avancée, c’est au tour d’Indochine de prendre place sur Glenmor. J’ai jamais été aussi loin de la scène mais ça ne m’empêche pas de passer un excellent concert. Le son est bon, le set est rôdé, Nicola Sirkis (bien que je ne puisse m’empêcher d’être un peu d’accord avec Charles-Mouloud) assure, il n’y a pas besoin de plus !

Après avoir sauté partout au son de l’Aventurier, j’ai hâte d’entendre Phoenix. Phoenix les petits prodiges français, adulés de tous, hype parmi les hype (imaginez donc habiter Versailles et être intime avec Sofia Coppola) commencent avec un très bon Liztomania qui présage un concert enchanteur.
Plouf plouf. Non. Finalement j’ai eu l’impression d’entendre l’album (en ayant certes Thomas Mars et Deck d’Arcy devant moi). Encore une déception. Fuck.

Boyz Noize. Samedi 18 juillet, 1h30 du matin en plein centre Bretagne, quand tu parles tu souffles de la fumée. Même si t’as pas de cigarette. Et Boyz Noise n’a pas réussi à me réchauffer suffisamment pour que je tienne jusqu’à 3h.

P1000149